accessibilité haut de page

Semaine du dessin à Sèvres

Dessins de sculpteurs, de sculptures et d'ornements de la Manufacture de Sèvres



7 au 13 avril 2008
 
La Manufacture nationale de Sèvres participe, pour la 3e fois à la Semaine du dessin, afin de révéler une partie de la richesse de son patrimoine conservé dans son département des collections ; un patrimoine intimement lié à l’histoire de l’institution dont la mission est de produire des objets de porcelaine selon les techniques du XVIIIe siècle et de transmettre ses savoir-faire.
Le thème imposé cette année est « Dessins de sculpteurs, de sculptures et d’ornements ».
 
Un ensemble de feuilles du XVIIIe siècle au XXIe siècle témoigne de la richesse des collections de la Manufacture, qui constituent d’une part une mémoire historique inestimable et, d’autre part, un répertoire vivant car, aujourd’hui encore, ces collections servent de modèles aux ateliers de la décoration.
 
Les dessins du XVIIIe siècle se réfèrent peu aux sculptures, exceptés les dessins de Louis-Simon Boizot qui a participé d’une manière déterminante, avec François Boucher, au succès du biscuit de Sèvres. Il s’agit pour une large part de dessins d’ornements, comme par exemple les dessins de décors d’assiettes, ainsi que des galbes de nouvelles pièces, comme les dessins de Duplessis père, chargé des formes à la Manufacture de 1748 à sa mort en 1774, ou ceux de vases de Lagrenée. A partir de cette époque, le néo-classicisme supplante ce rococo harmonieux avec, notamment, les dessins du service Arabesque ou de La Laiterie de Rambouillet.
 
Duplessis père
 
La 1ère moitié du XIXe siècle est caractérisée, dans le domaine du dessin, par une profusion de sources d’inspiration pour des ornements de toute sorte, pour des bas-reliefs comme ceux du vase de La Renaissance de l’ornemaniste Chenavard (datés de 1832), ou celui du vase de Jules Diéterle, mais rarement les dessins représentent des sculptures isolées, comme par exemple les quatre figures créées en 1818/1820 par Alexandre-Evariste Fragonard, fils du peintre célèbre, ou plus étonnant encore celui du groupe animalier d'Auguste Cain.
Dans la 2e moitié du XIXe siècle, la nouveauté s’accentue avec en particulier la nomination du sculpteur Albert Carrier-Belleuse comme directeur des travaux d’art, de 1875 à 1887.
 
Les dessins du XXe siècle révèlent davantage la grande diversité des styles, propres aux mouvements artistiques qui se succèdent et auxquels n’échappe aucunement la Manufacture. Qu’il s’agisse des dessins préparatoires des Lalanne, des Poirier, d'Etienne Hajdu, de Johan Creten… ces documents participent du processus de création de l’œuvre en porcelaine qu’ils annoncent.
 
La sélection de feuilles présentées - certaines pour la première fois -, à l’occasion de cet événement, offre une évocation de la richesse du dialogue qui s’est instauré, depuis l’origine de l’établissement en 1740, entre les artistes invités et les ateliers de la Manufacture nationale de Sèvres, dont les dessins de sculptures et d’ornements constituent les plus probants témoignages, aujourd’hui encore.
 
Hélène Reuter
 


Pour plus d'informations,
téléchargez le Dossier de presse ci-joint.


 
Scénographie : Jean-Sébastien Lagrange
 
Contact presse :
Barbara de Montaigu, responsable des relations extérieures
Tél. : + 33 (0)1 46 29 22 06, Fax : + 33 (0)1 46 29 22 08
Mél. : barbara.de-montaigu@culture.gouv.fr
 
 

Toutes les actualités