accessibilité haut de page

Un vase d'Asger Jorn entre dans les collections



un vase d'asger jorn entre dans les collections

Grâce au mécénat de Daniel et Florence Guerlain, la Cité de la céramique vient de faire l'acquisition d'un vase à décor émaillé d'Asger Jorn (1914-1973), daté des années 1950 (hauteur 27 cm, visuel de gauche n°189), passé en ventes publiques le 7 décembre 2010.
 
Asger Jorn, entre 1948 et 1951 avec Corneille, Constant, Appel, Alechinsky, Dotremont... est l'un des principaux membres du mouvement Cobra (Copenhague – Bruxelles – Amsterdam) et le fondateur, avec Guy Debord, de l'Internationale situationniste en 1957.
Connu davantage pour ses grandes peintures aux couleurs vives, aux aplats matiéristes et à la figuration intermittente, il a également pratiqué la céramique dès 1953, puis la tapisserie. Le recours à la terre n'a rien d'étonnant chez lui dans la mesure où la confrontation à la matière est l'un des moteurs de son processus créatif.
 
Très soucieux de laisser libre cours à une imagination qui puise autant dans l'imagerie populaire que dans un riche univers mental, il voit dans la manipulation des matériaux artistiques un acte presque magique donnant naissance, par les hasards des gestes et des réactions de la matière, à une œuvre que l'artiste ne maîtrise qu'en partie. L'expressionnisme, le surréalisme, les automatismes, l'art brut et l'abstraction lyrique comptent pour beaucoup dans cette démarche artistique qui recherche avant tout les expérimentations et le questionnement d'un vaste « inconscient collectif ».
 
Asger Jorn vit en France à partir de 1956. Il réalise en 1967/1968 des peintures murales pour une banque de La Havane et en 1970 un grand panneau de céramique pour l'Art Center de Randers (Danemark). Il travaille de 1970 à 1972 entre Albisola et Carrare, se confrontant aussi au marbre et au bronze.
 
Le vase récemment acquis, est un élément essentiel des collections de la Cité de la céramique. Il vient enrichir les collections des années 1950 encore modestes pour l'heure, et rejoint les céramiques « de créateurs » comme celles de Gauguin, Dufy, Picasso, Dietman...
 
Asger Jorn peut d'ailleurs être considéré comme un jalon historique entre l'approche de Picasso à Vallauris dès 1946 et celle d'un Erik Dietman, invité à Sèvres dans les années 1990.
Tous trois abordent le vase dans sa problématique anthropomorphe et joue des déformations de la matière pour violenter l'objet traditionnel de la céramique mais aussi lui faire dire autre chose que son usage premier.
 
Ce vase d'Asger Jorn sera révélé dans la prochaine exposition sur les Trente Glorieuse Territoires de la céramique au temps de Picasso, programmée au 2e semestre 2012 et viendra prendre place dans les nouvelles salles consacrées aux années 1950, en 2013.
 
 


Toutes les actualités