accessibilité haut de page

La restauration de la Torchère de Louis Robert Carrier-Belleuse : histoire d’une renaissance



La Torchère de Louis Robert Carrier-Belleuse (1848-1913), fils et élève du célèbre sculpteur Albert Ernest Carrier-Belleuse, invisible depuis la Seconde Guerre Mondiale est à nouveau présentée dans les salles du musée grâce à une restauration remarquable.
 
Présentation de la Torchère dans les nouvelles salles
La Torchère de Louis Robert Carrier-Belleuse (1848-1913) (c) Claire Idrac
 
La restauration de cette œuvre a été menée par Claire Idrac, aujourd'hui Conservateur-Restaurateur des biens culturels, dans le cadre de son sujet de mémoire de Master 2 en conservation-restauration des biens culturels. Au sein du service de la Conservation préventive et de la restauration, Claire Idrac a travaillé à la restauration de cette pièce morcelée et très détériorée durant plusieurs mois. Le Département de la création et de la production a également collaboré à ce travail et plus particulièrement l'atelier de montage ciselure.
 
Etat de la Torchère avant restauration, Louis Carrier-Belleuse
La Torchère de Louis Robert Carrier-Belleuse (1848-1913) (c) Claire Idrac
 
Véritable renaissance, la restauration complète de cette pièce a permis sa (re)découverte et également de la placer dans une perspective historique.
 
Fragments des "candélabres" de la Torchère de Louis carrier-Belleuse
La Torchère de Louis Robert Carrier-Belleuse (1848-1913) (c) Claire Idrac
 
Œuvre exigeante et complexe, elle a été été réalisée à un seul exemplaire et présentée pour l'Exposition universelle de 1889. Ce chef-d'oeuvre mettait en avant les savoir faire de la Manufacture de Sèvres. Médaillée à cette occasion, La Torchère entre dans les collections du musée en 1914.
 
Pour en savoir plus, télécharger le document complet sur la restauration
 

Détail avec visages, La Torchère, Louis Carrier-Belleuse
La Torchère de Louis Robert Carrier-Belleuse (1848-1913) (c) Claire Idrac 
 


Toutes les actualités