accessibilité haut de page

Les Pots à pharmacie à la Cité



La Cité de la céramique présente dans le Carré Actualités cinquante Pots à pharmacie provenant d'un ensemble qui compte près de 500 céramiques. Cette collection, constituée grâce au legs du docteur Fombeure en 1949 et du docteur Chompret en 1957, président des Amis de Sèvres, nous éclaire tant sur la connaissance des formes et des techniques, que sur les circuits commerciaux et la diffusion des savoirs.
 
Dès le XIe siècle, ces produits de grande consommation se développèrent parallèlement aux sciences médicales des pays d'Islam jusqu'à la fin du XIIIe siècle et accompagnèrent les débuts de la médecine occidentale. Les échanges commerciaux par voies maritimes qui se multiplièrent, la découverte de nouveaux produits (épices, canne à sucre, lapis-lazuli...) favorisèrent la production de contenants pour les pharmacies, fabriqués dans un nouveau matériau, la faïence, poterie imperméabilisée par un émail à base d'oxyde d'étain. Entre le XIIIe et le XVe siècle, la Syrie, l’Égypte et l'Espagne musulmane fournirent notamment les hôpitaux italiens en s'inspirant également des objets chinois en porcelaine dont ils cherchaient à rendre l'aspect blanc et bleu. A partir de la fin du XVe siècle, avec le développement local de la faïence, les villes potières italiennes, puis françaises reçurent des commandes importantes.
 
Pot de « monstre » Theriaca. Montpellier, fin du XVIIe siècle, décor de grand feu, faïence, polychromie.  Sèvres - Cité de la céramique MNC 21231 (c) RMN - Grand Palais, Sèvres - Cité de la céramique / Martine Beck - Coppola.
Pot de « monstre » Theriaca. A., Thériaque d'Andromède, Montpellier, fin du XVIIe siècle, décor de grand feu, faïence, polychromie. Legs du docteur Fombeure, 1949. Collection Sèvres - Cité de la céramique MNC 21231 (c) RMN - Grand Palais, Sèvres - Cité de la céramique / Martine Beck - Coppola.
 
Cette présentation condensée de la collection témoigne des deux fonctions des pots à pharmacie : conditionner les épices et les denrées destinées aux apothicaires, puis les stocker et les conserver sur les rayonnages.
Certaines de ces formes pouvaient correspondre à des contenants précis comme l'albarello, la chevrette, la bouteille et le pot de « monstre ». Quasiment inchangées, ces formes seront fabriquées jusqu'au XIXe siècle dans de nouveaux matériaux plus hygiéniques, la porcelaine et le verre, puis disparaîtront lors de la transformation radicale des techniques pharmaceutiques au début du XXe siècle.
 
Les inscriptions sur les pots à pharmacie demeurent parfois mystérieuses sans la transcription de spécialistes de l'histoire et de l’appellation des drogues.
Grâce au concours de Dominique Kassel, conservatrice des collections d'histoire de la pharmacie à l'Ordre national des pharmaciens et de Marie-Claire Gaillot, pharmacienne férue d'histoire, les inscriptions de 319 pots à pharmacie de la collection Fombeure ont pu être transcrites.
 
Exposition Carré Actualités, Les Pots à pharmacie, du 10 juillet au 7 octobre 2013
 

Pour de plus amples informations :
 
La Société d'histoire de la pharmacie ouvre son 41e congrès international, Les Cordeliers, 15 rue de l’École de médecine, à Paris, du 10 au 14 septembre.
Site internet de la Société d’histoire de la pharmacie (SHP)
 
Site internet des collections d'histoire de la pharmacie de l'Ordre national des pharmaciens
 
Pour visiter des Apothicaireries
 
Découvrez l'exposition sur Antoine-Augustin Parmentier
 
Albarello, Damas, Syrie, XIVe siècle. Céramique siliceuse, décor épigraphique, bleu de cobalt sous glaçure. MNC 8386. (c) RMN - Grand Palais, Sèvres - Cité de la céramique / Martine Beck - Coppola.
Albarello, Damas, Syrie, XIVe siècle. Céramique siliceuse, décor épigraphique, bleu de cobalt sous glaçure. Collection Sèvres - Cité de la céramique MNC 8386. (c) RMN - Grand Palais, Sèvres - Cité de la céramique / Martine Beck - Coppola.
 
 


Toutes les actualités