accessibilité haut de page

Carte blanche à la
Manufacture nationale de Sèvres,
en deux temps,
au Musée départemental Matisse



Du 25 mars au 17 juin
 
Musée départemental Matisse,
Palais Fénelon, 59360 Le Cateau-Cambrésis

 
Abstraction géométrique contemporaine
 
Nemours + Calder + Arp
 
Agam, Arman, Alechinsky, Arp, Asse, Buraglio, Calder, Charlemagne, Cloud, Couturier, Derny, Dewasne, Debré, Downing, Fumeron, Gauvenet, Guitet, Gilioli, Hajdu, Jacquot, Millecamps, Morellet, Nemours, Paulin, du Pasquier, Peduzzi, Penalba, Piffaretti, Piza, Poliakoff, Rapin, Royer, Ruhlmann, Sottsass, Soulages, Steinberg, Subes, Thomen.
 


 
Le musée départemental Matisse donne carte blanche à la Manufacture nationale de Sèvres, du 25 mars au 17 juin 2007.
Le musée a choisi d’inviter la Manufacture à concevoir un accrochage d’une sélection de productions contemporaines à la suite de l’exposition Monique Frydman, la couleur tissée (présentée en 2006 au musée départemental Matisse) à l’occasion de laquelle avait été présenté un prototype de claustra de porcelaine, réalisé dans les ateliers de Sèvres.
 
La Manufacture nationale de Sèvres, fondée en 1740 à Vincennes puis déplacée à Sèvres en 1756, est un service à compétence nationale du ministère de la Culture et de la Communication. Sa mission consiste à produire des objets d’art en porcelaine par le biais de techniques rigoureusement manuelles, transmises encore de nos jours de génération en génération, depuis le XVIII° siècle.
 
La carte blanche En deux temps est consacrée spécifiquement à la création de céramique dans le champ de l’abstraction du début du XX° siècle, jusqu’à aujourd’hui. Un premier temps (jusqu’au 2 mai 2007) présente les créations de 1930 à 1980 et un deuxième temps celles de 1980 à nos jours.
 
Le premier temps met l’accent particulièrement sur la création des années 50/60 avec un étonnant prototype de guéridon de Alexandre Calder, des assiettes géométrisantes de Serge Poliakoff et Agam ou encore des décors structurés de Yves Millecamps et Raymond Subes. On retrouve également la pureté de formes dans un vase monumental de Robert Couturier comme dans une création de Hans Harp.

Le deuxième temps, plus contemporain, présente entre autres les séries de créations géométriques épurées et très colorées de Ettore Sottsass ou encore une pièce unique majeure et inédite de Aurélie Nemours, qui consiste en un empilement de plaques de porcelaine carrées de couleurs différentes. Des séries de décors sur assiettes de François Morellet, Pierre Buraglio, Geneviève Asse et Bernard Piffaretti montrent les variations possibles de l’utilisation du fameux bleu de Sèvres. Arman a découpé en trois sections un vase aux formes généreuses et arrondies tandis que Pierre Soulages a opté pour l’austérité du noir et or pour concevoir un vase de porcelaine.
 
Des dessins originaux de projets ainsi qu’une vitrine pédagogique et la diffusion d’un documentaire sur les ateliers de la Manufacture rendent compte du processus de création et du temps de réflexion pour chacun des projets.
Une série de photographies de Sophie Zenon met en lumière les gestes fondamentaux des céramistes de Sèvres.
 
Cette carte blanche valorise le savoir ancestral de la Manufacture associé à l’émulation de la création contemporaine.
 

 
La Manufacture aujourd’hui
 
Depuis 2003, la Manufacture nationale de Sèvres s’est engagée dans une ambitieuse politique de développement.
Belle endormie, elle entend aujourd’hui regagner la place qu’elle mérite, aussi bien pour la mise en valeur de son patrimoine que pour la production d’œuvres contemporaines.
 
L’élaboration d’une politique éditoriale enthousiaste lui a permis de se partager entre éditions de pièces anciennes et conceptions de nouvelles (plus de la moitié de la production actuelle est consacrée à l’art contemporain).
 
La Manufacture n’a jamais cessé tout au long de son histoire de s’associer aux meilleurs artistes de son temps. Si sa mission est bien de produire des objets d’art en céramique, elle est aussi garante d’un patrimoine en permanent enrichissement. L’inventivité, la curiosité et les défis des artistes sont probablement, depuis plus de 250 ans, les moyens les plus sûrs de remplir cette double mission.
 
François Boucher fut l’un des premiers artistes invités ; aujourd’hui, il s’agit de Jeff Koons, de Bob Wilson, de Monique Frydman, de Fabrice Hyber, de Marie-Ange Guilleminot, d’Izhar Patkin, de Bertrand Lavier, de James Brown, de Pucci de Rossi, de Stéphane Bureaux, d’Andréa Branzi, d’Elsa Sahal, de Johan Creten, de Myriam Méchita ou encore d’Ettore Sottsass, parmi bien d’autres… qui viennent exprimer à Sèvres, chacun à leur manière, le double jeu de la tradition et de la modernité.
 
Elle affirme aussi sa volonté d’ouverture au grand public. C’est pourquoi de nombreuses visites des ateliers, des séances de tournages sont organisées. Une ouverture que la création d’un atelier pédagogique destiné aux scolaires, est venue conforter, depuis le mois d’octobre 2006.
 
La mission fondamentale pour une Manufacture fondée en 1740 de préservation de ses savoir-faire est quant à elle garantie par la relance de son centre de formation de céramistes qui accueille, pour trois ans, une quinzaine de jeunes gens attirés par les métiers spécifiques qui y sont enseignés.
 
La diffusion de sa production passe enfin par le rayonnement affirmé de l’institution à l’étranger grâce à une politique volontaire en matière de publications mais aussi d’expositions ; la première d’entre-elle a d’abord été présentée à Saragosse en Espagne, puis à la Wallace Collection à Londres, elle est actuellement en Allemagne, avant de circuler en fin d'année en Asie.
 

 
Pour plus d'informations,
téléchargez le Dossier de presse ci-joint.

 

 
Contact Barbara de Montaigu, responsable des relations extérieures :
Tél. : + 33 (0)1 46 29 22 05,
Fax : + 33 (0)1 46 29 22 08
Mél. : barbara.de-montaigu@culture.gouv.fr, www.manufacturedesevres.fr 
 

Toutes les actualités